Il y a un an, le chaos et puis toi

2048x1536-fit_13-novembre-2016-lors-ceremonie-lanternes-canal-saint-martin-hommage-victimes-attentats-13-novembreAlors que les commémorations des attentats du 13 novembre se multiplient, je suis comme tout le monde replongée  un an en arrière. Il y a un an tout juste, en ce samedi 14 novembre, je me réveille tôt, et un mot me revient à l’esprit: « attentat ».  Ce vendredi 13, je me suis couchée très tôt, soulagée qu’une décision ait été prise quant à mon accouchement, ton papa est venu me dire la veille qu’il y avait eu un attentat mais les mots ne s’étaient alors pas frayés un chemin jusqu’à mon cerveau endormi. Me voilà donc à 5 heure du matin à vérifier ça sur mon smartphone depuis le fond de mon lit. Et là je découvre l’horreur. Je passe d’un site à l’autre comme si suivant le journal, les faits pouvaient être différents, puis ma matinée se poursuit devant les chaines d’informations. Je me retrouve totalement hypnotisée par cet écran malgré moi, un peu comme cela avait été le cas lors du 11 septembre. Les images sont moins spectaculaires, mais elles ont un impact aussi important, d’autant plus que qu’il y a toi maintenant.

Un flot d’émotions contradictoires m’envahit, mon accouchement doit être provoqué deux jours plus tard, je devrais n’avoir aucune autre idée en tête que ta venue et la gestion des derniers détails: la finalisation de mon sac de maternité,  l’organisation de notre retour à la maison… Mais ce samedi matin, j’ ai peur, j’ai peur de ce monde dans lequel tu vas naître, j’ai peur pour ton avenir, dans quel monde vas-tu vivre? Comment pourrais-je te protéger, assurer ta survie, car bien de ça qu’il s’agit … Et puis, il a fallu s’arracher à ces images, à ces pensées et continuer à vivre, préparer ce qui serait un des plus beaux jours de ma vie, alors que la tristesse et l’angoisse sont tellement présentes autours de nous. Ce serait te mentir que te dire que ces derniers préparatifs se sont déroulés comme nous l’avions prévu  la vieille, nous avions peur, peur de ce qui pouvait arriver, nous avons évité les grands centres commerciaux. Et puis, nous avons bassement pensé aux conséquences pratiques: comment allions nous faire si la frontière était fermée.

Le dimanche s’est poursuivi de la même manière, même si l’appréhension et l’excitation de faire bientôt ta connaissance ont pris le dessus sur tout. Lundi, alors que le monde se fige dans le silence, tout s’accélère  pour moi, je ne suis qu’à quelles heures de te rencontrer enfin.  Le monde, les attentats plus rien n’existe, mon monde, c’est toi et uniquement toi!  Après les minutes, les plus angoissantes de ma vie, tu es enfin dans mes bras, je découvre le bonheur absolu. Je resterai dans cette bulle jusqu’à la fin de notre séjour à la maternité, le monde extérieur n’existe plus, il n’y a plus que toi.

Avec toi, l’espoir est revenu, tu a été et tu es toujours ma meilleure thérapie. Avec toi, pour toi, je suis capable d’affronter le monde. Aujourd’hui, les parisiens ont déposé des lampions sur le canal St Denis, cette cérémonie serait porteuse d’espoir. Pour ma part,  mon espoir est apparu dès le lundi 16, c’est toi mon coeur, ma lumière.

Une réflexion sur “Il y a un an, le chaos et puis toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s